A propos

Histoire de famille

Lorsque le café "Au Baron" abreuvait encore les ouvriers mosaïstes, tailleurs et polisseurs de marbre. Les Bailleux, brasseurs de pères en fils et actuels exploitants de la brasserie Au Baron sont encore de l'autre côté de la frontière, mais ils sont déjà à l'oeuvre sur les cuves de brassage, et plus particulièrement celle de la brasserie Cavenaile à Dour. En effet, Désiré Bailleux, maître brasseur réputé y excelle dans son art depuis 1879. Son petit fils Roger rejoindra l'entreprise après des études de fermentation à l'institut Meurice de Bruxelles. Dans la maison du brasseur installée dans la cour de la brasserie naitra ses 2 enfants, Alain et Martine.

Alain Bailleux

papyroger.png

Roger Bailleux, laboratoire de l'institut Meurice - Bruxelles

Roger subira les foudres de l'industrialisation brassicole et verra la fermeture de la brasserie, Il partira alors avec femme et enfants vers le Congo Belge pour rejoindre la Brasserie du Katanga. Suite à la déclaration d'indépendance de la colonie il ira rejoindre la brasserie Barré à Valenciennes. Talentueux et emporté dans le développement frénétique du secteur, Il se retrouve directeur d'usine chez Kanterbraü à Nantes puis Sochaux. Il sera contraint de démanteler ces 2 usines au nom de la concentration des outils de production. Roger se retrouve alors jeune retraité et emménage définitivement dans sa maison de campagne à Gussignies, nostalgique de l'époque authentique des fermes-brasseries d'antan.

vieille vue.jpg
facave-vieille.jpg

     C’est en 1973 que débute l’aventure de la brasserie «Au Baron». Alain Bailleux y fait alors l’acquisition du dernier bistrot du village juste en face de la maison de ses parents. Il y rencontre Danielle qui deviendra son épouse. Ensemble, ils se lancent dans la restauration. Face au succès, ils construisent une salle de restaurant ou y sera préparé de succulentes grillades au feu de bois dans une ancienne cuve de brasserie, récupérée par Roger chez Kanterbraü. Mais l’aventure ne s’arrête pas là...

 

vintage5.jpg
vintage3.jpg
vintage1.jpg
vieille brasserie.jpg

    Plus tard, Alain et son père Roger se lancent un défi; créer une brasserie artisanale, avec des bières qui sentent bon les céréales et la levure, comme celles que brassait Roger au début de sa carrière.


    Ce sera chose faite le 8 juin 1989 quand Gussignies inaugura la brasserie du village avec la Saint-Médard, une bière inspirée des fermes-brasseries d’autrefois. Le printemps suivant, alors que les sous-bois se parent de fleurs jaunes, la cuvée des jonquilles sort des cuves.

Depuis quelques années, Florence et Xavier ont repris les rênes de l’entreprise familiale et continue à faire prospérer le Baron en développant respectivement le restaurant et la brasserie et en y annexant une boutique du terroir où vous pouvez acheter les bières et les produits des producteurs locaux.